français
Le siège d'Espéranto-France est temporairement fermé depuis le 16 mars 2020.
Nous ne pourrons ni répondre au téléphone, ni traiter le courrier postal et les commandes, mais vous pouvez nous contacter par courriel.
Nous vous remercions de votre compréhension.

Nia Pariza sidejo restos fermata ekde lundo 16a de marto. Mendoj ne estos sendataj, paperaj poŝtaĵoj atendos. Ne telefonalvoku, sed vi povas kontakti nin per retmesaĝoj.
Accueil du site > L’espéranto > Foire aux questions > 14. Quel est le rapport entre la possibilité de combiner librement et la (...)

14. Quel est le rapport entre la possibilité de combiner librement et la richesse d’expression ?

Les espérantophones créent spontanément de nouveaux mots qui n’existent pas dans leur langue maternelle, ou qu’ils ne connaissent pas. C’est ainsi qu’on utilise souvent samlingvano (personne qui parle la même langue), fotinda (qui vaut la peine d’être photographié) ou kisema (qui a tendance à embrasser). La combinaison libre de ces éléments rend la langue immensément riche, sans qu’elle y perde de sa simplicité. La première fois qu’on tient un dictionnaire bilingue français-espéranto/espéranto-français, on est d’abord surpris de constater que la section espéranto-français n’occupe souvent que le quart du dictionnaire. C’est que l’usager de l’espéranto a besoin d’un vocabulaire de base (radicaux) beaucoup plus restreint, puisqu’il forme lui-même les mots dont il a besoin. S’il a oublié le sens de pan (pain), il comprendra néanmoins le mot panisto (boulanger) après avoir cherché pan dans le dictionnaire, puisque -isto désigne la personne qui fait un métier relié à la racine qui précède.

Dans la même rubrique :