français

Découverte

30 questions / 30 réponses (3e partie)

Esperanto Aktiv n° 44 – février 2014

21. L’espéranto est-il la langue de certaines familles ? Peut-il être une langue maternelle ?

Dans le monde de l’espéranto, on organise depuis plus de cent ans des congrès, des rencontres touristiques et des événements internationaux. Des jeunes gens s’y rencontrent fréquemment.
Dans ces conditions, est-il surprenant qu’ils forment parfois des couples internationaux dont la seule langue commune est l’espéranto ? L’espéranto devient alors naturellement l’une des langues maternelles des enfants nés de ces unions.

22. L’espéranto a-t-il sa propre terminologie des spécialités ?

Olimpiko - Oui. Dans plusieurs domaines des sciences, de la philosophie ou de la sociopolitique, l’espéranto dispose souvent d’une terminologie plus à jour que celle de grandes langues.
Il existe des comités espéranto de terminologie au sein de plusieurs associations professionnelles internationales. Leurs travaux sont supervisés par l’Académie d’espéranto, qui assure la normalisation de la langue. Quelques exemples, disponibles sur Internet :

23. Avec ses accents, comment l’espéranto s’adapte-t-il à l’informatique ?

Libera Folio - E. Richard La plupart des systèmes informatiques et des logiciels existent en de multiples langues, et certains, tels Linux ou la suite bureautique Libre Office ont même une version en espéranto. Depuis l’apparition de la norme Unicode, produire et afficher des textes en espéranto dans lesquels les accents apparaissent correctement n’est plus un problème.
Des outils ou des configurations de clavier permettent de saisir directement les caractères accentués, y compris sur les téléphones ou les tablettes.
Les outils informatiques permettent donc d’utiliser l’espéranto comme n’importe quelle autre langue.

24. Si l’espéranto est si génial, pourquoi s’est-il si peu répandu ?

C’est une question extrêmement complexe dont la réponse fait appel à plusieurs facteurs politiques, sociaux et psychologiques. La manière la plus concise d’expliquer ce phénomène consisterait probablement à dire que l’espéranto est un miracle. Qu’une langue vivante, riche d’expressivité, adéquate en tous points puisse naître du travail d’un seul jeune homme sans le sou, c’était très improbable.
Le scepticisme naturel s’est allié aux intérêts politiques et sociaux pour empêcher la compréhension des véritables buts de l’espéranto. On en a vu les premiers effets dès 1922, quand l’Iran a demandé qu’on utilise l’espéranto comme langue de travail à la Société des Nations (ancêtre de l’Organisation des Nations Unies) : les grandes nations s’y sont opposées. Aujourd’hui encore, même si ses locuteurs ne sont plus persécutés, comme ils ont pu l’être sous Staline, l’espéranto reste ignoré des gouvernements de la plupart des pays.

25. L’espéranto n’est-il pas trop occidental ?

Par sa structure, la forme de ses mots, l’espéranto est plus proche des langues de l’Asie orientale que des langues indo-européennes comme le français ou l’anglais.
Par son style et sa syntaxe, l’espéranto est plus proche des langues slaves comme le russe ou le polonais. Phonétiquement, il ressemble plutôt à un mélange de langues slaves du sud (serbo-croate) et de langues latines.
Par son vocabulaire, il vient à 75 % du latin et compte 20 % de racines germaniques (allemand, anglais, néerlandais). Les 5 % restants sont attribués aux autres groupes de langues (grec, japonais, arabe, etc.).
On a constaté que pour un Japonais typique, à raison du même nombre d’heures d’étude hebdomadaire, une année d’espéranto permet d’atteindre un niveau de communication équivalent à 8 à 10 ans d’anglais. Le succès inégalé des Asiatiques aux concours littéraires espérantistes prouve année après année que ces peuples se sentent à l’aise en espéranto, puisque son fonctionnement interne leur est familier.

26. On a peu de chances de se faire comprendre en espéranto dans la rue, à l’étranger...

C’est vrai. Mais c’est également vrai pour toute langue qui n’est pas la langue locale. Essayez donc de discuter en anglais avec quelqu’un dans la rue, en France ! Saviez-vous qu’à Hong Kong, pourtant britannique de 1842 à 1997, 90 % des policiers sont incapables de donner la moindre information en anglais ?
En fait, seulement 16 % de la population mondiale peut s’exprimer en anglais. Vous n’avez vraiment de bonnes chances d’avoir une réponse en anglais que dans les pays de langues germaniques (Royaume-Uni, États-Unis, Allemagne, Pays-Bas, etc.). En dehors de ces pays, pour parler l’anglais de façon satisfaisante, il faut vous rabattre sur des endroits bien définis : hôtels, compagnies d’aviation, bureaux touristiques, contacts d’affaires, etc.
Avec l’espéranto, vous adhérez à une association d’espéranto et vous recevez une liste des représentants des associations locales du monde entier. Vous pouvez également vous joindre au Pasporta Servo, un réseau d’hébergement gratuit pour espérantophones. La seule condition ? Parler l’espéranto.

27. Les espérantistes ne souffrent-ils pas d’un manque d’esprit propre à leur langue ?

L’espéranto a son propre esprit. Ce qui définit l’esprit d’une langue, c’est l’histoire de sa collectivité et sa structure. La liberté de combinaison des éléments linguistiques est en elle-même un élément de l’esprit de la langue. Mais la vie littéraire a elle aussi forgé l’esprit de la langue, ainsi que la tradition des congrès, des rencontres internationales et des visites réciproques.
En fait, chaque collectivité compose son propre esprit, après quelque temps. Le même phénomène est observable dans les églises, les chœurs, les équipes sportives ou les partis politiques. La collectivité espérantiste, en un siècle d’existence, a acquis peu à peu son propre esprit, avec ses références culturelles, ses blagues et jeux de mots intraduisibles, ses usages, etc.

28. L’espéranto est-il le seul projet de langue internationale ?

Un nombre incalculable de langues artificielles ont été inventées, pour différentes raisons (communication, cryptage, esthétique, etc.) Des philosophes, comme Descartes, se sont penchés dès le XVIIe siècle sur la possibilité d’inventer une langue artificielle pour la communication. Des esprits ont exploré la voie des pasigraphies (conventions visuelles de lettres, de nombres, d’idéogrammes...) et des pasilalies (conventions audio-visuelles).
Ces dernières se divisent en deux groupes : les langues a priori, construites à partir de schémas préétablis, faisant fi de toutes les langues existantes. Enfin, l’espéranto fait partie des dernières, les langues a posteriori, qui préfèrent améliorer des fonds linguistiques existant déjà.
La plupart des langues inventées avant l’espéranto étaient a priori : elles ne faisaient que peu écho aux réflexes humains et n’ont guère attiré les foules. Plusieurs langues ont été inventées à la même époque que l’espéranto (volapük en 1880) ou plus tard (ido, interlingua), mais aucune d’elles n’a attiré une communauté de locuteurs comparable à celle de l’espéranto.
L’ido, la seule langue qui soit entrée en concurrence avec l’espéranto à un moment de l’histoire, est appelé par ses partisans « espéranto amélioré », alors qu’il abandonne plusieurs des principes qui ont fait le succès de l’espéranto : une prononciation = une lettre, régularité de l’accent tonique, régularité des désinences, etc.

29. Quels sont les avantages à apprendre l’espéranto, pour le moment ?

  • Voyages à peu de frais grâce au Pasporta Servo.
  • Plaisir d’apprendre une nouvelle langue rapidement, comme un jeu.
  • Accès à une vaste littérature sur Internet, en librairie ou par emprunt dans une bibliothèque espéranto.
  • Accès à un réseau mondial d’espérantophones, via Internet, la correspondance ou les rencontres locales et internationales.
  • Plus grande facilité à apprendre d’autres langues ensuite.

30. Et si je demeure sceptique ?

Seule l’expérience peut vous permettre de juger. Aussi longtemps que vous ne connaîtrez l’espéranto que de l’extérieur, vous ne le connaîtrez pas. Pouvons-nous vraiment savoir ce qu’est le parachutisme sans jamais avoir sauté ? Pouvons-nous vraiment connaître la vie dans un village africain sans jamais y avoir mis les pieds ? C’est la même chose pour les langues. Pour pouvoir juger de leurs qualités, leur utilité et leur valeur, il n’y aucune autre manière que de les apprendre.
Comme sa grammaire, qui respecte chaque élément linguistique, l’espéranto respecte la liberté de chaque être humain. Il ne s’impose jamais. Il ne fait jamais de publicité agressive. Pourtant, il se répand peu à peu, il atteint de nouveaux territoires, de nouveaux médias. Sans aide économique, étatique ou politique, il ne se fait connaître que par ses qualités, qui irradient naturellement. Si vous voulez participer à cette vie riche, vous êtes bienvenu(e). Si vous préférez rester en retrait, votre choix est respecté.
La décision vous appartient...