français
Accueil du site > Publications > Lettre d’informations Espéranto-Aktiv’ > Esperanto-Aktiv n° 92 - juillet-août 2018 > Découverte : Esperanto Poŝtkruciĝo (échanger des cartes postales en (...)

Découverte : Esperanto Poŝtkruciĝo (échanger des cartes postales en espéranto)

Ce mois-ci, Espéranto-Aktiv interview deux personnes : Jean-Claude et Franziska, dans le cadre de Esperanto-Poŝtkruciĝo, un service d’échange de cartes postales en espéranto. Franziska est allemande et a voulu répondre à nos questions en français qui n’est pas sa langue maternelle. Nous la remercions pour l’effort qu’elle a fait.

Ce mois-ci, Espéranto-Aktiv interview deux personnes : Jean-Claude et Franziska, dans le cadre de Esperanto-Poŝtkruciĝo, un service d’échange de cartes postales en espéranto. Franziska est allemande et a voulu répondre à nos questions en français qui n’est pas sa langue maternelle. Nous la remercions pour l’effort qu’elle a fait.

Esperanto Aktiv : Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Jean-Claude : Bonjour ! Je suis Jean-Claude Roy et j’habite la commune de Salouël, juste à côté d’Amiens.

Franziska : Je m’appelle Dodik Franziska, je suis née et habite à Vienne. Je travaille dans une entreprise qui produit des interrupteurs et boutons électriques. J’ai une fille de 15 ans.

EA : Esperanto-Poŝtkruciĝo, qu’est ce que c’est ?

Jean-Claude : Esperanto-Poŝtkruciĝo en abrégé EoPK, c’est comme Postcrossing mais uniquement en espéranto. C’est un envoi à travers le monde de cartes postales. Chaque mois, chaque membre reçoit une adresse et envoie une carte postale à la personne concernée. Inversement quelqu’un reçoit mon adresse et m’envoie une carte.

Ce projet date de plus d’un an et ce sont des amis russes qui ont initié cet échange.

Pour s’inscrire : aller sur le site internet bildkarto.weebly.com. Puis les membres s’échangent des infos sur les pages Facebook et chaque mois nous recevons des infos des organisateurs

Franziska : Esperanto-Poŝtkruciĝo est une belle manière pour communiquer avec des gens à travers le monde. Cela permet aux gens de conserver cette vieille tradition de communiquer avec autres personnes de différents pays. C’est aussi une bonne manière pour apprendre et approfondir l’espéranto.

EA : Quelle est la meilleure expérience que tu as eue grâce à ce projet ?

Jean-Claude : Plusieurs expériences très sympas comme par exemple :

  • Une dame russe qui m’a envoyé un très beau poème en espéranto écrit par elle-même ;
  • Un Allemand qui m’a envoyé une carte qui fait réfléchir et que je vais utiliser pour faire parler les membres de notre association locale
  • Un Indonésien qui m’a envoyé un exemple d’architecture traditionnelle de son pays.

Bref, c’est une découverte de nos amis espérantistes à travers leur culture, leurs intérêts et c’est une bonne façon de faire de nouveaux contacts

Franziska : Une personne totalement inconnue m’a souhaité mon anniversaire.

EA : Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à s’y mettre ?

Jean-Claude : Une carte par mois ! Et surtout la possibilité de découvrir le monde et nos amis espérantistes.

Franziska : Allez-y ! C’est un formidable passe-temps, parce qu’avec chaque nouvelle carte postale, vous envoyez et recevez de l’amour et du plaisir.

EA : Quel est le niveau d’espéranto nécessaire pour y participer ?

Jean-Claude : C’est accessible pour toute personne qui commence à s’intéresser à l’espéranto et c’est même accessible pour les non espérantophones ! Eh oui ! Sur le site internet il existe un modèle de carte en français avec sa traduction en espéranto et quelques explications grammaticales

Voici une carte de chaque catégorie :

  • l’église de Foros en Crimée et sa splendide situation panoramique
  • l’affiche de théâtre de la pièce Aelita d’après la nouvelle de Tolstoï
  • cette incroyable carte "menu à deux" !

À travers une vingtaine de cartes reçues, il y aurait beaucoup à raconter !
Quelques exemples :

  • Les cerisiers du Japon poussent aussi à Washington D.C. !
  • Rumah Gadang est un exemple de l’architecture traditionnelle indonésienne.
  • Gyöngyös est une ville en Hongrie.
  • Notre très connue amie Katalin expose ses vitraux aussi sur les plages !
  • Au zoo de Erlebnis à Hanovre il y a des autruches mal peignées !

J’ai même reçu une carte qui comprend un ensemble de 17 cheminées différentes ! (à installer sur les toits)

Chaque carte est une surprise ! Quel plaisir de recevoir et aussi d’envoyer des cartes dans notre communauté ouverte au monde, à sa diversité.

Franziska : Vous n’êtes pas oblige d’être très bon en espéranto pour écrire les cartes-postales, parce qu’avec chaque nouvelle carte qui vous écrivez ou recevez, vous pouvez améliorer votre niveau.