français
Le siège d'Espéranto-France est temporairement fermé depuis le 16 mars 2020.
Nous ne pourrons ni répondre au téléphone, ni traiter le courrier postal et les commandes, mais vous pouvez nous contacter par courriel.
Nous vous remercions de votre compréhension.

Nia Pariza sidejo restos fermata ekde lundo 16a de marto. Mendoj ne estos sendataj, paperaj poŝtaĵoj atendos. Ne telefonalvoku, sed vi povas kontakti nin per retmesaĝoj.

Découverte

Les faits marquants de 2015 selon « La Ondo »

Esperanto-Aktiv’ n° 65 – janvier 2016

Cette année encore, la célèbre revue de Kaliningrad, La Ondo de Esperanto, a interrogé quelques personnalités diverses de notre mouvement. Nous reproduisons un condensé de ce que furent pour eux les évènements positifs et négatifs les plus marquants pour l’espéranto en 2015. On notera que les grands gagnants de l’an passé sont sans conteste le Congrès mondial de Lille et la mise en ligne d’un cours d’espéranto sur la plateforme Duolingo.
L’article original en espéranto est paru dans La Ondo de Esperanto, 2016, №1. Il est disponible sur la Toile dans le blog La Balta Ondo sur http://sezonoj.ru/2016/01/jaro2015.


Peter Baláž (Slovaquie), coordinateur d’E@I, membre du bureau de l’Union européenne d’espéranto (EEU)

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto : de nombreux nouveaux venus à rallier au mouvement.
  • 100e Congrès mondial à Lille : participants nombreux et variés.
  • 10e semaine d’étude estivale (SES) : 190 participants.
  • Séminaires de montée en compétence des membres actifs (AMO) : intérêt croissant.
  • Wikipédia en espéranto : progrès ; concours de traduction d’articles en novembre.
  • Sortie de Historio de la esperanta literaturo (Une Histoire de la littérature espéranto) de Carlo Minnaja et Giorgio Silfer.

Les moins :

  • Diminution constante des activités espérantistes dans de nombreux pays : manque de projets communs, d’actions innovantes, de renouvellement du mouvement.
  • Centième anniversaire de « l’Appel aux diplomates » de Zamenhof : pas assez visible, Zamenhof le pacifiste est toujours d’actualité.
  • Situation mondiale peu réjouissante : conflits à travers le monde, crise des réfugiés/migrants, danger d’un traité de libre échange transatlantique, etc.


Anna Bartek / Anjo Amika (Hongrie), chanteuse, rédactrice de la revue Heroldo de Esperanto, sénatrice d’opposition au Parlement de la Cité Espérantienne (Esperanta Civito)

Les plus :

  • Premier colloque sur Une langue vivante d’un peuple vivant.
  • Sortie de Historio de la esperanta literaturo (Une Histoire de la littérature espéranto) de Carlo Minnaja et Giorgio Silfer.

Les moins :

  • Fonctionnement bancal de la librairie du 100e Congrès mondial d’espéranto par manque de main d’œuvre.
  • Disparition d’importantes personnalités du mouvement.


Renato Corsetti (Italie), ex-président de UEA

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto : la capacité d’attirer des centaines de milliers d’apprenants renouvelle la vague d’enthousiasme provoquée il y a 10 ans par l’arrivée du cours en ligne Lernu.
  • 100e Congrès mondial d’espéranto : magnifique.

Les moins :

  • Découragement constant de beaucoup d’espérantistes vieillissants, résignés face au triomphe de l’anglais.


Mark Fettes (Canada), président d’UEA

Les plus :

  • 100e Congrès mondial d’espéranto à Lille : record de participation depuis 15 ans, pèlerinage à Boulogne-sur-Mer, vivacité et cosmopolitisme des participants, progrès techniques.
  • Participation d’UEA au Forum mondial sur l’éducation organisé par l’UNESCO en Corée du Sud.
  • Association de l’UNESCO à la commémoration du centenaire de la disparition de Zamenhof, en 2017.
  • Embauche de Veronika Poór au poste de directeur général d’UEA, en succession d’Osmo Buller : forte implication.

Les moins :

  • Aucun en comparaison des catastrophes mondiales telles que les guerres, l’extrémisme ou le changement climatique.


Mireille Grosjean (Suisse), présidente d’ILEI

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto, grâce à Chuck Smith : de nombreux nouveaux venus à rallier au mouvement.
  • Embauche de Veronika Poór au poste de directeur général d’UEA : présage d’efficacité et de sourire.

Les moins :

  • Annonce des actions de l’UNESCO pour 2017 : confusion entre rêve et réalité (saluons quand même le travail des Polonais et surtout de Halina Komar).


Dennis Keefe (États-Unis / Chine), initiateur de l’Université d’espéranto

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto, grâce à Chuck Smith : de nombreux nouveaux venus à rallier au mouvement.
  • 100e Congrès mondial à Lille : ouverture sur le public extérieur, un nouveau modèle à suivre.
  • Embauche de Veronika Poór au poste de directeur général d’UEA : des changements en vue.
  • Association de l’UNESCO à la commémoration du centenaire de la disparition de Zamenhof, en 2017 (même s’il faut partager avec 52 autres évènements !).
  • Nouveau train « Esperanto » en Pologne.
  • Participation d’UEA au Forum mondial de l’éducation.
  • Utilisation de l’espéranto dans une campagne politique à Barcelone.

Les moins :

  • Séisme au Népal, centre d’enseignement potentiellement stratégique pour des cours internationaux sur le long terme.


Katalin Kováts (Pays-Bas), rédactrice de www.edukado.net, directrice de la commission des examens d’UEA

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto, grâce à Chuck Smith : succès inimaginable, possibilité de recrutement en masse.

Les moins :

  • Il reste à rallier les nouveaux apprenants au mouvement.


Vinko Markovo (France), président du comité exécutif de SAT

Les plus :

  • 100e Congrès mondial à Lille :
    • grand spectacle de La Kompanoj lors de la soirée nationale ;
    • ouverture sur le public extérieur grâce aux chants de rue.

Les moins :

  • Antagonismes entre États et guerres :
    • discussions en Espérantie (les revues comme Sennaciulo ou les congrès) nécessaires pour contrer ces phénomènes ;
    • enracinement de l’espéranto au Moyen-Orient : grand espoir.


Humphrey Tonkin (États-Unis), ex-président d’UEA

Les plus :

  • 100e Congrès mondial à Lille : participants nombreux et variés.
  • Presse espérantophone et espérantiste, dont la qualité l’améliore : Kontakto, Esperanto, Beletra Almanako, Monato et Le Monde de l’Espéranto.
  • Lancement de Duolingo en espéranto.

Les moins :

  • Structures d’UEA à améliorer et à rendre plus efficaces.


Trezoro Huang Yinbao (Chine), conseiller d’UEA, directeur du Centre espéranto Ora Ponto

Les plus :

  • 100e Congrès mondial à Lille : record de participation depuis 1999.
  • Nombre de membres d’UEA : augmentation jusqu’à 5446.
  • Lancement de Duolingo en espéranto : croissance fulgurante du nombre d’anglophones apprenant l’espéranto.
  • Association de l’UNESCO à la commémoration du centenaire de la disparition de Zamenhof, en 2017.
  • Reconnaissance de l’espéranto comme héritage culturel immatériel de la Pologne (et nom d’un train !).
  • Embauche de Veronika Poór au poste de directeur général d’UEA.
  • Subvention hors espéranto reçue par TEJO et le centre interculturel de Herzberg (ICH).
  • Participation très visible d’UEA, TEJO et ILEI à de nombreux évènements mondiaux.
  • Festival du film espéranto par la Radio internationale chinoise.
  • Forum stratégique sur le mouvement en Orient, organisé par UEA en Chine.
  • Réussite esthétique des périodiques papier Monato, Internacia pedagogia revuo, Juna Amiko.

Les moins :

  • Problèmes de distribution des revues en Chine !


José Antonio Vergara (Chili), président de l’Association internationale espérantiste de sciences (ISAE)

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto : révolution sans précédent pour produire des apprenants en masse.
  • 100e Congrès mondial à Lille : ouverture vers le public extérieur.
  • Édition d’un livre en sciences sociales sur le mouvement (Esperanto and Its Rivals. The Struggle for an International Language.) par une université étatsunienne prestigieuse.

Les moins :

  • Disparition d’importants espérantistes, notamment Hans Bakker.


Łukasz Żebrowski (Pologne), ex-président de TEJO

Les plus :

  • Lancement de Duolingo en espéranto.
  • Subvention hors espéranto reçue par TEJO.
  • Sérieux progrès vers un Congrès international des jeunes (IJK) en Afrique.
  • Pasporta Servo : sortie d’un nouveau site internet.

Les moins :

  • Pasporta Servo : toujours pas de version papier.
  • Manque de progrès suffisant dans la réalisation du plan de travail stratégique d’UEA : beaucoup d’espoir mais sans réalisation concrète.

L’article original en espéranto est paru dans La Ondo de Esperanto, 2016, №1. Il est disponible sur la Toile dans le blog La Balta Ondo sur http://sezonoj.ru/2016/01/jaro2015.
Esperanto-Aktiv’ attend vos avis sur ces propositions et votre propre liste des faits marquants de 2015.