français

Signez la pétition pour l’espéranto au bac

Lettre numéro 14 – mai 2011

Lors du congrès interassociatif de Sète (22 au 26 avril 2011) a été lancée la pétition pour proposer l’espéranto comme option au bac.
Cette pétition parrainée par Albert Jacquard est déjà signée par différents linguistes, hommes politiques, artistes et personnalités du monde associatif.
N’hésitez pas à aller signer la pétition sur le site http://esperanto-au-bac.fr

La campagne va durer jusqu’à septembre 2012. Voici son calendrier.

Depuis de nombreuses années, les différentes associations d’espéranto entretiennent des relations avec les politiciens pour faire reconnaître de manière institutionnelle la langue internationale.
L’un des faits marquants les plus anciens est sans nul doute le rapport du secrétariat général de la Société des Nations (SDN) qui préconisait d’utiliser l’espéranto comme langue de travail. Ce rapport rédigé en 1922 par le japonais Nitobe Inazo a été rejeté par veto par la France.

Par la suite, l’UNESCO a pris le relais en votant par deux fois, en 1954 et 1985, des résolutions en faveur de l’espéranto. L’UNESCO invite ses états membres à promouvoir l’espéranto dans les écoles.

Les relations qu’entretiennent les associations d’espéranto avec les milieux politiques ne s’arrêtent pas là. Plusieurs partis politiques ont des commissions qui travaillent sur l’espéranto, que ce soit les Verts ou le parti communiste. Il existe également des associations regroupant des personnes d’un même bord politique, comme l’association PS-espéranto qui regroupe différents socialistes. Sans oublier l’association des Verts espérantistes.

Enfin, pour terminer ce tour d’horizon des relations entre l’espéranto et la politique, il convient de parler d’Europe Démocratie Espéranto, un parti politique qui vise à apporter la question de l’égalité linguistique dans le débat lors des élections européennes.