français
Le siège d'Espéranto-France est temporairement fermé depuis le 16 mars 2020.
Nous ne pourrons ni répondre au téléphone, ni traiter le courrier postal et les commandes, mais vous pouvez nous contacter par courriel.
Nous vous remercions de votre compréhension.

Nia Pariza sidejo restos fermata ekde lundo 16a de marto. Mendoj ne estos sendataj, paperaj poŝtaĵoj atendos. Ne telefonalvoku, sed vi povas kontakti nin per retmesaĝoj.

Découverte

2012, année de Tibor Sekelj

Lettre numéro 25 – mai 2012

À l’occcasion du centenaire de la naissance de Tibor Sekelj, l’Union européenne d’espéranto a proclamé l’année 2012 « Année de Tibor Sekelj ». Né le 14 février 1912 à Spišská Sobota en Autriche-Hongrie (aujourd’hui en Slovaquie), mort le 23 septembre 1988 à Subotica (en Yougoslavie, Vojvodine).

Journaliste, explorateur, ethnologue, écrivain, Tibor Sekelj est certainement l’une des figures les plus intéressantes de l’histoire de l’espéranto. Il avait étudié le droit à l’université de Zagreb, mais sa carrière fut essentiellement celle d’un journaliste et d’un explorateur. Il avait appris 25 langues, dont l’espéranto.

De 1939 jusqu’à la fin de sa vie, Tibor Sekelj a été un voyageur infatigable. Il a entrepris des expéditions à travers l’Amérique du Sud, l’Asie et l’Afrique. En 1944, il planta le drapeau de l’espéranto sur le plus haut sommet d’Amérique, l’Aconcagua. Il a fait le récit de ses voyages et expéditions dans plusieurs livres, comme Tempête sur l’Aconcagua, Nepalo malfermas la pordon (Le Népal ouvre la porte), Ĝambo rafiki, La karavano de amikeco tra Afriko (La caravane de l’amitié à travers l’Afrique).

Certains ont connu un grand succès et ont été traduits en plus de 20 langues. Tibor Sekelj est d’ailleurs sans doute l’auteur espérantophone le plus traduit en langues nationales. Kumeŭaŭa, la filo de la ĝangalo (Kumewawa, le fils de la jungle), livre pour enfants sur la vie des Indiens au Brésil, originellement écrit en espéranto, a été traduit en 26 langues. Une traduction en français est actuellement en préparation.

Lors de ses voyages à travers le monde, il accumula une importante collection ethnographique qu’il donna au Musée ethnographique de Zagreb.
Il était membre de l’Académie d’Espéranto et membre honoraire d’UEA, l’association mondiale d’espéranto. Il a plaidé la cause de l’espéranto auprès de l’UNESCO et, lors de la 27e conférence générale en 1985 à Sofia, a été adoptée une résolution en faveur de l’espéranto.

Plus d’infos sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tibor_Sekelj