français
Accueil du site > L’espéranto > Histoire de l’espéranto > Disparition de Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof

Disparition de Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof

C’est avec émotion que nous avons appris le décès de Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof, petit-fils de Zamenhof, à Paris le 9 octobre 2019, à l’âge de 94 ans.

Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof (né le 23 janvier 1925 à Varsovie) était le petit-fils du Docteur Louis Lazare Zamenhof, créateur de l’espéranto.

Il étudia à l’école polytechnique de Varsovie et obtint le diplôme d’ingénieur en construction. Docteur en technologie du béton armé, il s’installa à Paris en 1959. Il continua sa carrière en France et dans d’autres pays, réalisant des constructions sur terre et sur mer. Un autre terrain de son travail concernait la didactique, au sein de l’école supérieure d’architecture de Paris et l’école polytechnique de Milan. Il publia de nombreux articles et livres sur ces sujets. Après sa retraite en 1993, il resta consultant et participa à de nombreux conférences et congrès, notamment d’espéranto.

JPEG - 51.5 ko

Notre association présente ses sincères condoléances à la famille, spécialement à sa fille, Docteure Margaret Zaleski-Zamenhof et à son petit-fils Pierre.

JPEG - 97.3 ko


Voir en ligne : communiqué en Esperanto de l’association mondiale (UEA)

Nous l’avons rencontré à de nombreuses reprises, notamment :
Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof dum la kongreso de Lillo en 2015

  • lors de la cérémonie à l’UNESCO du 15 décembre 2008 à l’occasion du 149ème anniversaire de la naissance de son grand-père, Louis Lazare Zamenhof (voir la vidéo).
  • lors de l’inauguration de la Place de l’espéranto à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) le 15 décembre 2012 (voir la vidéo) ;
  • lors du 100ème congrès mondial d’espéranto à Lille en 2015 (voir la vidéo) ;
  • lors de la cérémonie à l’UNESCO du 11 décembre 2017, pour le centenaire du décès de Louis Lazare Zamenhof.

Retrouvez le aussi :

  • dans un reportage de BFM TV du 2 août 2009 ;
  • dans son interview dans Le Monde du 16 décembre 2010.