La lettre de l'espéranto - numéro 500


LE MULTILINGUISME DANS L'UNION EUROPÉENNE

On sait que dans les instances officielles de l'Union Européenne, toutes les langues des Etats membres sont, en principe, traitées sur une base d'égalité, ce qui, indépendamment de l'élargissement futur de la communauté, impose déjà pour les traductions d'importantes dépenses et de lourdes contraintes techniques.

D'autre part, concernant l'enseignement, les ministres concernés prônent l'acquisition de deux langues étrangères (européennes) par tous les jeunes.

Un groupe de travail intéressé par les problèmes des langues dans l'Union Européenne et comprenant notamment des fonctionnaires européens et des pédagogues, se réunit régulièrement à Bruxelles. Ce groupe a transmis pour mise en forme, un projet intitulé "Neighbour" à la chaire d'interlinguistique et d'espéranto de la Faculté des Lettres à l'université d'Amsterdam.

Le projet vise à améliorer l'étude des langues étrangères par l'introduction préalable dans le programme d'enseignement, d'une langue-type planifiée, comme l'espéranto. Il s'agirait de vérifier la valeur propédeutique d'une telle initiative, valeur constatée par diverses expérimentations antérieures mais qui demande encore une vérification scientifique.

Une autre étude, qui a également fait l'objet de discussions au récent congrès mondial d'espéranto qui s'est tenu à Montpellier du 1er au 8 août, en présence de 3200 participants de 66 pays, concerne le projet "Relais".

Ce projet vise une utilisation partielle et expérimentale de l'espéranto comme "langue-pont" pour faciliter les traductions simultanées lorsqu'elles sont très nombreuses et de plus en plus complexes comme au Parlement Européen.

GUY BÉART ET L'ESPÉRANTO

Le chanteur-compositeur Guy Béart est venu apporter son message de soutien et de sympathie aux congressistes réunis les premiers jours d'août à Montpellier pour le 83ème congrès mondial d'espéranto.

Les espérantophones français l'avaient tout spécialement invité pour la réunion commémorant la création, il y a cent ans, de la première association française pour la promotion de la langue internationale. C'était en 1898 et l'espéranto fonctionnait depuis 1887.

Mme Marie-George Buffet, ministre de la Jeunesse et des Sports, avait accepté le patronage du congrès qui, dans son comité d'honneur, comptait des linguistes connus comme M. André Martinet et Mme Henriette Walter et d'autres personnalités françaises.




jefo-logbildetoDernière mise à jour : 1998-10-11
Pour tout commentaire sur cette page, contactez Marc