Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /arthur/sites/ufe/spip-3.1/config/ecran_securite.php on line 283
Des vidéos en espéranto sur YouTube - Espéranto France
français

Des vidéos en espéranto sur YouTube

Esperanto Aktiv : Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots ?

VanegeEsperanto : PNG - 13.4 ko23 ans, France, développeur web
Pour me contacter par Twitter : @VanegeEsperanto

Evildea : Bonjour, je m’appelle Richard Delamore. Néanmoins, la plupart doivent me connaitre sous le pseudonyme Evildea. Je suis acteur, youtubeur et conférencier public à Sydney, en Australie.

Jozefo : Bonjour, ma chaîne YouTube s’appelle Jozefo, mais mon vrai nom est Jose. J’habite à Malaga, au sud de l’Espagne. Ma langue maternelle est l’espagnol, et je parle aussi l’anglais et le français. J’ai beaucoup de hobbies : j’aime regarder des films et des séries, écouter de la musique, faire du sport, lire, apprendre les langues, me promener et tourner des vidéos pour YouTube. J’aime aussi beaucoup voyager.

EA : Depuis quand parles-tu espéranto ?

VanegeEsperanto : avril 2014

Evildea : JPEG - 6.3 koEn 2010, j’étais soldat dans l’armée australienne. À l’époque, j’habitais au milieu de nulle part sans rien avoir à faire. Je passais donc mes journées à lire Wikipédia. Un jour, j’ai découvert un article sur les langues internationales, dans lequel on parlait d’espéranto. J’ai cliqué dessus et parcouru le titre de chaque section. Néanmoins, ce qui m’a le plus intrigué, c’est la partie sur les "denaskuloj" (espérantistes de naissance). J’en ai tout de suite conclu que l’espéranto devait être une vraie langue, si elle a des locuteurs natifs. Un peu plus tard, j’ai trouvé un lien vers lernu.net et j’ai commencé à étudier la langue. Je me souviens assez clairement de ce que j’ai ressenti quand, après une demi-heure, j’étais capable de dire plus de choses en espéranto qu’en japonais que j’avais étudié au lycée pendant plusieurs années.

Jozefo : JPEG - 12.4 koJ’ai commencé en 2011. J’ai découvert l’espéranto en lisant un livre de Miguel de Unamuno. Un des personnages parlait en espéranto et je me suis renseigné sur Internet. À ce moment-là, j’aimais non seulement apprendre les langues, mais aussi inventer des langues et je pensais être le seul à faire ça. J’ai donc été surpris et j’ai décidé d’apprendre l’espéranto. Je n’ai pas atteint un niveau très élevé et peu à peu j’ai presque tout oublié. Mais au début de l’année 2017, dans ma liste de bonnes résolutions pour la nouvelle année, j’ai mis d’apprendre de nouveau l’espéranto. Pour cela, j’ai aussi créé une chaîne YouTube et ainsi je peux pratiquer en parlant devant la caméra. Je ne savais pas qu’il existait autant d’espérantophones et au début j’ai été vraiment surpris du nombre d’abonnés et de commentaires sur ma chaîne.

EA : Qu’est-ce qui t’a poussé à faire des vidéos sur YouTube ?

VanegeEsperanto :

  • J’aime jouer et regarder des jeux vidéos. J’aime faire des vidéos.
  • Je veux permettre aux espérantistes d’utiliser et d’apprendre l’espéranto en regardant ce genre de vidéos.
  • Je contribue à faire grandir une communauté d’espérantistes qui s’intéressent aux vidéos et aux jeux vidéos.

Evildea : Plusieurs années avant, j’avais un blog sur l’industrie australienne du film. À ce moment-là, j’ai décidé de participer à une conférence de youtubeur pour les interviewer. Quand j’ai participé à cet événement, j’ai été contaminé par leur passion pour YouTube. C’était comme si j’avais été infecté par une sorte de virus. Je voulais lancer ma propre chaîne YouTube ! Au début, j’avais en tête d’ouvrir une chaîne sur ma vie et sur l’espéranto en anglais. Je voulais inciter les autres à apprendre notre langue. Toutes les premières vidéos étaient en anglais. Après, j’ai décidé de montrer l’espéranto par des films EN espéranto. Ces films ont rapidement fait le buzz parmi les espérantistes. Beaucoup de monde s’est abonné à ma chaîne ! Il était évident que les espérantistes avaient soif de contenus vidéos de qualité. Je me suis donc lancé dans un projet ambitieux : créer tous les jours, une nouvelle vidéo en espéranto pendant un an.

Jozefo : À vrai dire, au début je me suis juste inscrit par ennui. J’avais déjà une chaîne en espagnol, mais j’ai constaté qu’il existait peu de chaînes YouTube en espéranto (en fait, la seule que je connaissais était celle d’Evildea). J’ai donc décidé de faire une chaîne en espéranto, en plus de ma chaîne en espagnol. Maintenant, ceux qui me suivent m’incitent à enregistrer de nouvelles vidéos, car je vois que ce que je fais leur plaît. Je suis ravi de tous ces commentaires et ça me donne envie d’en faire plus.

EA : Quelles sortes de vidéos fais-tu ?

Evildea : J’aime beaucoup le format « videoblog » pour parler de différents thèmes. La plupart du temps, je parle de ma vie quotidienne et de l’espéranto. J’ai essayé de faire des vidéos sur d’autres thèmes, comme l’apprentissage des langues, les jeux vidéos ou l’actualité, mais aucun de ces thèmes ne m’intéresse vraiment.
JPEG - 322.5 ko
Un videoblog se fait plus naturellement et plus honnêtement d’après moi. Je peux aussi rassembler un monde virtuel, dans lequel tous les espérantistes peuvent participer. J’aime beaucoup ça. De plus, je souhaite faire sentir aux espérantistes isolées leur appartenance à notre mouvement mondial et former une communauté d’espérantistes qui sont sur la même longueur d’onde et que je peux solliciter quand j’ai de nouveaux projets.

Jozefo : J’aime bien parler de ce que je fais à ce moment-là : cela peut être parler de mes hobbies, des mes animaux, de ce que je pense de telle ou telle chose ou de mes voyages. Je ne tourne pas très souvent de vidéo, car je ne veux pas que cela devienne une corvée et finisse par être ennuyeux. Je pense que les gens aiment mes vidéos, car ils voient aussi que je prends du plaisir à faire ça, et c’est pourquoi je veux continuer comme ça.
JPEG - 141.1 ko

EA : Que penses-tu qu’il manque dans la sphère espéranto aujourd’hui ?

VanegeEsperanto :

  • Des communautés sur divers centres d’intérêt.
  • Ce sont comme des maisons, où les gens peuvent se retrouver et communiquer.
  • Beaucoup de nouveaux espérantistes ne trouvent pas leur maison en Espérantie, alors ils sont à la rue, puis finissent par partir.

Evildea : Je crois que le mouvement espérantiste a beaucoup progressé ces dernières années, principalement grâce à Duolingo. Si on m’avait posé la question il y a trois ans, j’aurai sans doute répondu de manière plus pessimiste. J’ai beaucoup changé et même si je ne crois toujours pas à la « fina venko » (NDT : moment utopique où le monde entier parlera espéranto), j’ai néanmoins constaté une vraie progression dans cette direction pendant ces dernières années.

Jozefo : Je pense qu’elle est plus grande que ce que peuvent imaginer les non-espérantophones. Il y a un an, je ne savais absolument rien des youtubeurs, revues, groupes Facebook, WhatsApp, Twitter ou Telegram ou encore des nombreux sites, tout cela en espéranto, ni non plus des chansons et des stations de radio, ou encore du nombre de livres traduits en espéranto, etc. Il y a une gigantesque communauté sur Internet, et je pense qu’elle devrait être plus connue dans le monde. Les espérantophones devraient en parler aux non-espérantophones, et une bonne façon de le faire est de faire connaitre des articles via Facebook ou Twitter, de parler de l’espéranto à leurs amis ou de publier de vidéos sur YouTube. Depuis que j’ai ouvert ma chaîne, de nombreux non-espérantophones qui me connaissent me posent des questions sur la langue, et cela m’aide à la faire connaitre.

EA : Qu’est-ce qui a changé ces dernières années sur le web ?

VanegeEsperanto :

  • Les gens sont beaucoup plus informés sur l’espéranto grâce à YouTube. De très nombreux nouveaux espérantistes grâce à Duolingo, mais pas assez de communautés pour les accueillir.
  • Qu’une petite partie d’entre eux s’intéressent aux idées de paix, de linguistique ou de végétarisme. Il faut des groupes pour tous les centres d’intérêt (et des gens pour créer ces groupes), car les espérantistes ont tous les centres d’intérêt.
  • Mais un énorme potentiel grâce aux nouveaux réseaux sociaux, qui permettent aux gens de se rassembler : Telegram permet de créer très facilement des groupes autour de certains centres d’intérêt ; YouTube et Twitter permettent de suivre les espérantistes qui partagent les mêmes centres d’intérêt.

Evildea : À part Duolingo que j’ai déjà mentionné, je constate l’arrivée d’un grand nombre de nouvelles chaînes YouTube en espéranto. Il y a trois ans, ces chaînes n’existaient simplement pas. Oui, bien sûr, on a déjà fait des vidéos en espéranto, mais on ne s’investissait pas à la création de chaînes entièrement en espéranto. Mes chaînes YouTube préférées sont JozefoVblogs, Jake H, Spektaklo de Klaudius et Livia, ainsi que Vanege. Ce sont quelques exemples de la longue liste de nouvelles chaînes qui apparaissent chaque jour. L’apparition ou la disparition de vidéos est, d’après moi, un bon indicateur de la santé générale de notre communauté.
Je constate également la participation d’espérantistes dans de nouvelles initiatives en dehors du mouvement traditionnel. Par exemple, récemment, ma société Amikumu a été contactée par Langfest, un festival de langues à Montréal. J’ai été surpris qu’ils m’aient contacté en espéranto plutôt qu’en anglais. Les espérantistes semblent se propager dans chaque recoin de la communauté polyglotte. C’est une bonne chose, car les polyglottes ont généralement une position dominante dans un grand nombre d’autres communautés.
JPEG - 97.2 ko

Jozefo : Je ne sais que répondre à cette question, car jusqu’en janvier 2017, je n’avais aucune idée de la diversité de tout ce qui se rapporte à l’espéranto sur Internet. Mais au cours des derniers mois, j’ai constaté que le nombre de personnes qui apprennent l’espéranto a beaucoup progressé grâce à Duolingo. Je sais que la plupart d’entre eux ne termineront pas le cours, mais au moins ils connaitront quelques bases de la langue.

EA : Penses-tu qu’il existe deux mondes différents entre le monde réel et le net ?

VanegeEsperanto : C’est une évidence. Le monde réel est le monde du devoir professionnel et familial. Le net est le monde où les gens utilisent leur temps libre. Le net, c’est le monde de l’espéranto, c’est là où les espérantistes du monde entier échangent directement et massivement, tel un congrès universel constant. Le monde réel en espéranto, c’est que pour quelques personnes, quelques jours dans l’année. Le Net, c’est là où se trouvent l’offre et la demande. C’est là où se trouvent les nouveaux espérantistes qui ont besoin de nouvelles choses en espéranto. Les règles ont changé. C’est le net qui est la fondation du succès de l’espéranto dans le monde réel. C’est par le Net que les gens découvrent, apprennent, se rencontrent, avant de se retrouver dans la vie dite réelle. Toute action en espéranto dans le monde réel sans présence solide sur le Net est condamnée à décliner.JPEG - 17.2 ko

Evildea : bien sûr, et Amikumu (mon entreprise) a justement pour but de rassembler les deux mondes. Je crois que l’expérience du mouvement traditionnel peut aussi être très profitable au jeune mouvement sur Internet. Ces dernières années, j’étais ravi de voir que les deux mouvements ont commencé à se mélanger. Néanmoins, il reste encore beaucoup de travail à faire !

Jozefo : Oui. D’habitude les gens n’utilisent pas l’espéranto au quotidien, sauf sur Internet. J’ai fait la connaissance de beaucoup de monde sur YouTube, Twitter, Facebook, Telegram, Amikumu, etc. Mais je n’en ai encore pas rencontré dans le monde réel. J’espère pouvoir participer à un congrès ou une rencontre d’espéranto dans le futur.

EA : Quels sont tes prochains projets ?

Evildea : J’ai déjà trop de projets ! Je suis youtubeur, je dirige l’équipe d’Amikumu et travaille à temps plein en même temps. Je doute pouvoir m’investir dans d’autres projets dans un avenir proche. Néanmoins, je suis un acteur dans le cœur. Et j’espère pouvoir faire un jour un long métrage en espéranto !

Jozefo : Je ne sais pas vraiment. Comme je l’ai dit précédemment, je préfère ne pas avoir de projets et faire ce que j’ai envie, en improvisant. Cependant, j’ai souvent pensé que je créerais peut-être un blog pour écrire des textes en espéranto, mais je ne me suis pas encore décidé. Nous verrons plus tard ! Merci pour cet entretien et merci à mes abonnés et à tous ceux qui regardent mes vidéos ! :D