Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /arthur/sites/ufe/spip-3.1/config/ecran_securite.php on line 283
Esperanto Aktiv n° 30 — novembre 2012 - Espéranto-France
français

Esperanto Aktiv n° 30 — novembre 2012

La lettre au format PDF, prête à être imprimée :

PDF - 617 ko

Découverte : Tourisme et espéranto

Le tourisme espérantiste est un phénomène très particulier. Le plus souvent en marge des grands opérateurs touristiques, les espérantistes développent les réseaux les plus divers, professionnels ou d’affinité, qui leur permettent lors de leurs voyages, de découvrir les pays visités sous différents angles : l’inverse du tourisme de masse, dans un esprit de rapprochement entre les peuples, les cultures et les personnes.

Ils l’ont fait... dans leur région

Tournée de conférences sur la Russie de Svetlana Smetanina, stages et autres causeries... Voici un aperçu de ce qui s’est fait en France ces deux derniers mois pour populariser l’espéranto.

Calendrier

Brrr. Novembre, journées courtes, nuits longues, mais le solstice approche et les fêtes avec.
S’il est une chose que les espérantistes savent faire, c’est la fête. Il suffit de regarder le nombre d’événements entre Noël et le début du mois de janvier. Et n’oubliez pas toutes les fêtes Zamenhof autour du 15 décembre. Le choix est vaste et ce dans de nombreux pays.
À vous de choisir !

Lu, vu, écouté ce mois-ci : « La Mirinda Sorĉisto De Oz », de L. Frank Baum

Dorothée, qui habite au Kansas, est enlevée avec sa maison par une tornade et transportée dans un pays merveilleux du nom d’Oz. La maison tombe sur la tête de la méchante sorcière de l’Est et la tue sur le coup ; Dorothée récupère les souliers d’argent de la sorcière. Pour trouver un moyen de rentrer au Kansas, la gentille sorcière du Nord lui conseille de demander au grand et puissant magicien d’Oz, qui habite dans la cité d’Émeraude.

Pour s’y rendre il faut suivre une route de brique jaune. En chemin, Dorothée rencontre un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau, un bûcheron en fer blanc qui se plaint de ne pas avoir de cœur, et un lion qui se plaint de manquer de courage. Suivant Dorothée, tous trois se rendent auprès du magicien pour lui demander de leur donner ce qu’il leur manque.