Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /arthur/sites/ufe/spip-3.1/config/ecran_securite.php on line 283
Comment parler d’espéranto dans un colloque de traducteurs ? - Espéranto France
français
Accueil du site > Espace adhérents > Informations pour les membres > Comment parler d’espéranto dans un colloque de traducteurs ?

Comment parler d’espéranto dans un colloque de traducteurs ?

L’analyse des situations de communication internationale à l’aide de la théorie des contraintes permet de faire prendre conscience des enjeux, et d’amener l’espéranto comme solution dans un second temps.

L’institut de traducteurs, d’interprètes et de relations internationales de l’université de Strasbourg a organisé un colloque au mois de juin 2010 sur le thème « Traduction des normes et normes de traduction ». C’est le genre d’information captée par la movado, mais pas forcément par celui ou ceux qui peuvent participer. De ce point de vue, la movado fonctionne bien car l’information circule alors sur les listes adaptées, ou par connaissance. Istvàn Ertl avait l’information, Cyrille Hurstel pouvait participer.

Des occasions similaires sont légion chaque année en France. Voici quelques exemples glanés par Renée Triolle :

  • Le Centre de recherche en linguistique appliquée Termisti, de l’Institut
    supérieur de traducteurs et interprètes (ISTI, Haute École de Bruxelles),
    et le Centrum voor Vaktaal en Communicatie/, de la Erasmushogeschool
    Brussel, ont le plaisir de vous inviter à leur journée d’études conjointe,
    qui se déroulera le vendredi 29 avril 2011 dans les locaux de l’ISTI.
    Ce quatrième séminaire conjoint portera cette année sur le thème suivant :
    « Néologie et traduction spécialisée »
  • Appel à communications pour le colloque « Art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures » (du 05 au 07 sept. 2011 à UCO, Angers) - date limite d’envoi des propositions : 14 mars 2011
  • Université Stendhal Grenoble 3, Journée d’études organisée par l’ILCEA (GREMUTS) Traduire la crise - 15 avril 2011, Salle Jacques Cartier (Maison des Langues).

Il n’est évidemment pas question de s’inscrire à un tel évènement pour se munir d’un drapeau vert et venir clamer devant tout le monde que "l’espéranto existe, est bien mieux que l’anglais, on devrait l’imposer dans les écoles et c’est LA solution à tous les problèmes du monde".

Au contraire, l’argumentation, développée avec l’aide de François Bartsch, met l’accent sur la définition du problème avant d’esquisser le cahier des charges d’une solution. Le nom de notre solution n’est dévoilé que pour marquer les esprits, mais il reste encore beaucoup de travail par la suite pour faire comprendre en quoi l’espéranto modifie la réalité future. Rome ne s’est pas faite en un jour, et il semble inopportun de brusquer vos interlocuteurs en apportant immédiatement la solution.

Insistez toujours sur la situation actuelle et recherchez l’accord sur la définition du problème (« l’anglais est une solution, mais lente, chère et discriminatoire »). Si vous n’arrivez pas à argumenter sur ce point, à quoi bon proposer une solution à des gens qui ne perçoivent aucun problème ?